Actualités

Lézat-sur-Lèze. Trois Justes enfin dans la lumière

mercredi 11 décembre 2013

Du 19/11/2013

 

 

 

 

Les trois filles du couple Bonnet./Photo DDM.

La jeune génération ne doit jamais oublier les heures sombres que la France a vécues et au milieu des commémorations à date fixe, le devoir de mémoire se décline aussi à travers certains actes comme ceux attribués aux Justes.

Ainsi une cérémonie en l’honneur d’une famille de Justes revêtait, des dizaines d’années après, une émotion bien palpable. Et c’est parce que Madeleine Géraud est Lézatoise depuis plus de cinquante ans que Jean-Claude Courneil, maire de la commune, avec son conseil municipal, a décidé cette célébration. Avec ses deux sœurs, Elise Dumas et Germaine Lourde, Madeleine Géraud recevait en présence des élus, des proches et de la famille la médaille de la ville. Mais c’est le 9 octobre, à Cintegabelle, qu’officiellement les trois sœurs recevaient des mains de Barnéa Hassid, consul général d’Israël, la médaille et le diplôme des Justes parmi les nations à titre posthume pour leurs parents, Marie et Jean-Bernard Bonnet.

A Toulouse, en 1942, pendant l’Occupation, Salomon Bouadana et Hélène, son épouse, décident de protéger leurs enfants en les cachant séparément. Ils font la connaissance du couple Bonnet, agriculteur à Cintegabelle, qui accepte de prendre leur fille Arlette dans le foyer. Pendant trois ans, jusqu’en mars 1945, la jeune fille sera intégrée comme le quatrième enfant, étant officiellement une petite cousine. Scolarisée à l’école des Baccarets, elle mènera une existence normale bien que la menace d’être découvert ou dénoncé pèse sur le couple Bonnet. «Il nous a paru évident de mettre en lumière ces actes de courage et d’humanité dont ont fait preuve les membres de la famille de Madeleine, Elise et Germaine à l’égard d’Arlette Bouadana, souligne Jean-Claude Courneil. Dans cette période trouble, où la délation était de mise, la discrétion de tout l’entourage, y compris des voisins, a rendu possible cette célébration.»

Malheureusement, un peu souffrante, Arlette, aujourd’hui âgée de 76 ans et vivant à Toulouse, n’a pu assister à la cérémonie.

Les noms de Marie et Jean-Bernard Bonnet seront inscrits sur le mur d’honneur du jardin des Justes parmi les nations de Yad Vashem, à Jérusalem, mais aussi à Paris, dans l’allée des Justes, près du mémorial de la Shoah.

 

Lire la suite

Un Juste titre

mercredi 11 décembre 2013

Du 15/11/2013

 

 

 

 

 

Michel Alitenssi remet la médaille des Justes à Roger Cenou. (Photo C. M. )

Fernand et Aurélie Cenou étaient Boétiens durant la Seconde Guerre mondiale. En 1942, la famille Lévy, pourchassée par l’antisémitisme, quitte la France occupée pour se réfugier en Agenais, alors en zone libre.

De cette date à la fin de la guerre, trois années durant, ils ont été hébergés et sauvés par la famille Cénou. Ce couple de Boétiens vient de recevoir le titre de Juste parmi les Nations à titre posthume lors d’une cérémonie organisée à la mairie de Boé.

24 800 autres Justes

Leur nom sera à jamais gravé sur le mur d’honneur dans le jardin des Justes de Yad Vashem à Jérusalem avec les 24 800 autres Justes dont 3 500 Français. C’est leur petit-fils, Roger Cenou, qui a reçu le diplôme et la médaille dans son étui en bois d’olivier. Myriam 94 ans, dernière survivante de la fratrie de six enfants sauvés par les époux Cenou, et les descendants de la famille Lévy accompagnaient Roger Cenou. C’est une émotion permanente qui a entouré la salle du Conseil municipal dès le discours de Christian Dézalos, maire et conseiller général.

Entouré de Lucette Lousteau, députée ; Didier Conus, préfet ; Zvi Tal, ministre plénipotentiaire auprès de l’ambassade d’Israël et Michel Alitenssi, délégué du Comité français de Yad Vashem, le premier magistrat boétien témoignait de la force du geste accompli.

« Au cœur de l’obscurité, ils ont été une lumière brillante. Cette cérémonie est un hommage mais elle doit aussi être celle de la mémoire, du questionnement et de la conscience. » Zvi Tal insistait sur « la sauvegarde de l’honneur et de la dignité humaine. C’est une histoire qui doit être racontée car elle permet de croire en l’humanité dans ses pires moments. Jamais nous ne pourrons oublier la barbarie, jamais nous n’oublierons les Justes car, je cite le “Talmud” : Qui sauve une vie, sauve l’humanité tout entière ».

L’émotion de la cérémonie a atteint son apogée lorsque Roger Cénou a pris la parole pour évoquer ses grands-parents, étreint par les sanglots : « Honneur à toi Fernand ! Ils étaient des parias et vous étiez des hors-la-loi. Merci d’avoir accompli cela. »

Didier Conus n’avait pas prévu de prononcer de discours lors de cette cérémonie, mais l’instant l’y a conduit : « C’est une leçon de vie et d’humanité que nous vivons là. Risquer sa vie pour d’autres, c’est ce qu’il y a de plus haut. »

Zvi Tal et Michel Alitenssi ont alors remis le diplôme et la médaille des Justes parmi les Nations à Roger Cenou avant que ne retentissent les hymnes israélien et français. 

Corine Malet 

Lire la suite

Saint-Gérand-le-Puy a sa place des "Justes parmi les Nations"

mercredi 13 novembre 2013

Du 11/11/2013

 

 

 

Christian Darneuville La plaque a été dévoilée lors des cérémonies du 11 novembre. Elle consacre la place du village de Saint-Gérand-le-Puy, dans l'Allier, comme place des "Justes parmi les Nations".

 

A Saint-Gérand-le-Puy, dans l'Allier, les cérémonies du 11 novembre ont été l'occasion de rendre hommage à un couple du village pour son action exemplaire durant la seconde guerre mondiale. L'occasion également de consacrer officiellement la place du village.

Il était une fois, durant la deuxième guerre mondiale, Marie-Louise et Philibert Tuloup. Un couple exemplaire de Saint-Gérand-le-Puy qui avait recueilli deux petites filles juives et les avait sauvées d'une mort certaine.

Il y a deux ans, les époux Tuloup ont été reconnus "Justes parmi les Nations" par l'Etat d'Israël. Pour avoir recueilli, donc, Josette et sa soeur Michèle, originaires d'Alsace. C'était en 1943.

70 ans plus tard, le 11 novembre, Josette est revenue à Saint-Gérand-le-Puy où elle a participé à un émouvant hommage rendu à ses sauveurs. En leur honneur, la place de ce petit village de l'Allier a été consacrée place des "Justes parmi les Nations". En présence également d'Arie Avidor, ministre des affaires économiques et scientifiques d'Israël qui a dévoilé la plaque officielle.

Evelyne Rimbert



Plugin flash manquant. Veuillez télécharger le dernier lecteur Adobe Flash:
Obtenez Adobe Flash Player

Lire la suite

Foulayronnes (47) : à la mémoire de Justes

mercredi 13 novembre 2013

Du 08/11/2013

 

 

 

 

 

Roger Cenou et son épouse Nicole, chez eux, à Foulayronnes. (Jean-Louis Borderie) Roger Cenou, 78 ans, représente aujourd’hui son grand-père et l’épouse de ce dernier, dans une histoire familiale dont il ignorait tout il y a une dizaine d’années.

C’était il y a une dizaine d’années. Roger Cenou se souvient « être tombé des nues ». En même temps qu’il écoutait Caroline Daigueperse raconter l’histoire de sa mère à elle, lui-même découvrait tout un pan de son histoire familiale.

Il découvrait que son grand-père paternel Fernand Cenou et l’épouse de ce dernier, Aurélie, avaient hébergé durant une partie de la Seconde Guerre mondiale la famille Daigueperse d’alors, une mère et ses six enfants de confession juive, chez eux, à Boé.

 

Aujourd’hui, à 78 ans, Roger Cenou représente ce couple, reconnu « Justes parmi les nations » à titre posthume, lors de la cérémonie officielle, à Boé.

« Avec fierté », les yeux humides et quelques trémolos d’émotion dans la voix. De son grand-père, Roger Cenou n’a retrouvé que de rares photos et des souvenirs « qui se résument à très peu de chose ». « C’était un personnage. Un bonhomme de son époque, pas très câlin. Il gardait une certaine distance. Mon père le vouvoyait. »

Roger Cenou a alors 7 ans et habite avec ses parents, à Agen.

Il ne voit son grand-père, charron, qu’à l’occasion des fêtes et ne sait alors rien de la famille qu’héberge le couple. « Je savais que mon père participait à un certain nombre de choses », se remémore Roger Cenou.

« Je voyais des armes en sous-sol, j’entendais les recommandations de ma mère quand mon père partait. Mais pour mon grand-père, je ne savais rien. Le seul qui était au courant de cette histoire-là, c’était mon père. »

Mais lui non plus n’a rien transmis à son fils, aucun écrit, aucun récit. « Je n’ai rien, aucun document de mon grand-père, indique le septuagénaire. Les gens avaient une certaine méfiance, même après la guerre. Et puis dans ces générations, on ne parlait pas beaucoup. »

Les recherches de Caroline Daigueperse, le témoignage de sa mère Myriam, aujourd’hui âgée de 94 ans, ont abouti, suite à une enquête de l’association Yad Vashem, à l’attribution du titre de « Justes parmi les nations » au couple de Fernand et Aurélie Cenou. En tant que plus direct des descendants encore en vie, Roger Cenou les représente lors de la cérémonie officielle, à laquelle d’ailleurs Myriam Daigueperse devrait se rendre.

Sur la tombe de son grand-père, Roger Cenou a fait ajouter une plaque portant la mention de cette reconnaissance.

La sépulture de son épouse, Aurélie, « je ne sais pas où elle est », confie-t-il embêté.

Mariane Riboulet

Lire la suite

Boé. La mémoire d'un couple de «Justes parmi les nations» honorée

mercredi 13 novembre 2013

Du 09/11/2013

 

 

 

 

 

Roger Cénou, Myriam Daigueperse, née Lévy, qui vivait à Libourne avant d'être cachée avec les siens chez les grands-parents Cénou, le délégué de Yad Vashem et le ministre. / Photo Morad Cherchari Cérémonie émouvante hier. Deux familles réunies : Roger Cénou qui a reçu la médaille des Justes pour ses grands-parents et la dernière survivante de la famille Lévy cachée pendant la guerre.

Un bel acte d’héroïsme a été salué hier à la mairie de Boé village, en présence du maire Christian Dezalos, du préfet Denis Conus, de la députée Lucette Lousteau, de Gabriel Tordjman, président de l’association cultuelle des Israélites de l’Agenais et de nombreuses personnalités. La médaille des «Justes parmi les nations» a été décernée à titre posthume à Aurélie et Fernand Cénou, représentés par leur petit-fils Roger Cénou, 78 ans, par Zvi Tal, ministre plénipotentiaire auprès de l’ambassade d’Israël et Michel Alitenssi, délégué du comité français de Yad Vashem.

Le patronyme des époux Cénou sera ainsi gravé sur le mur des Justes à Jérusalem pour avoir hébergé trois années et sauvé la famille Lévy : Jeanne, la veuve et ses enfants Myriam, Louna, Joseph et Elie. C’est Myriam, 94 ans, la dernière survivante de la fratrie qui a fait la demande auprès de Yad Vashem pour Aurélie et Fernand Cénou et également pour celui qui l’avait aidée à se réfugier en zone libre et qu’elle prit pour époux, Henri Daigueperse distingué en 2005 et aujourd’hui disparu. «Ma grand-mère avait confié maman à mon père

[Henri Daigueperse N.D.L.R.] pour qu’elle échappe aux rafles», témoigne Caroline Daigueperse-Vaultier. A ses côtés sa sœur Muriel présente pour l’événement, Myriam leur «Mamouchka» qui a vécu chez les Cénou et les proches de Roger ému aux larmes d’être le dépositaire de ses grands-parents. Des artisans charrons qui résidaient dans la maison au bout de l’allée près de la Marpa. Deux familles liées pour l’éternité. «Fernand et Aurélie Cénou ont hébergé aux heures sombres de l’Occupation, au péril de leur vie et en toute connaissance de cause, la famille Lévy», a souligné le maire de Boé, louant leur discrétion autour de faits qu’ils avaient tus au point que Roger Cénou les a appris tardivement.

Honneur à toi Fernand !

«Cela donne encore plus de prix à ce comportement exemplaire et nous invite à refuser l’intolérance, le fanatisme et la barbarie.» La voix étranglée par l’émotion, Roger Cénou s’est écrié : «Honneur à toi Fernand ! D’avoir instauré une terre d’asile et de fraternité et de n’avoir pas accepté les outrances et la barbarie. Vous avez fait pour eux ce que nous aurions dû faire pour tous. Vous êtes un bel exemple !» Caroline Daigueperse a eu une pensée émue pour son père Henri, rappelant que sa mère Myriam s’était mariée voilà 70 ans à la mairie de Boé. Le vice-ambassadeur Zvi Tal a exprimé sa fierté : «Quiconque sauve une seule vie, sauve l’humanité tout entière», saluant le courage «d’êtres humains venant au secours d’autres êtres humains désespérés. J’attache une grande importance à la recherche de ces héros». «Une famille discrète pendant l’Occupation,, discrète par modestie. Quels risques n’ont-ils pas pris ? Arrestation, déportation et mort», a rajouté Michel Alitenssi qui a prononcé un discours en hébreu avant de remettre la médaille des Justes et le diplôme à Roger Cénou qui serrait Myriam Lévy contre lui. Les deux familles se sont embrassées. Et Roger Cénou a été étreint par le diplomate d’Israël.

Lire la suite

Une 43ème médaille des Justes remise en Gironde

samedi 9 novembre 2013

Du 03/11/2013

 

 

 

 

 

 

© D.R. Source : archives familiales de Robert Lacampagne

Cette médaille honore ceux qui, au péril de leur vie, ont aidé à fuir ou caché des juifs persécutés par les nazis, pendant la seconde guerre mondiale. La famille Lacampagne a reçu ce titre ce matin à Cazats près de Bazas.

Jean et Amélie Lacampagne vivaient dans une ferme près de Bazas en Gironde, à 8 kilomètres de la ligne de démarcation.

Leur façon de résister à l'occupant a été d'aider "le plus de gens possible à fuir" raconte leur fils Robert.

Lui et sa soeur Amélie ont vu défiler des dizaines et des dizaines de familles chez eux pendant la guerre. Ces femmes et ces enfants, pour la plupart, venaient de Paris en train jusqu'à Bordeaux, puis Bazas. Ils rejoignaient la ferme le temps d'un bon dîner campagnard, alors que la nourriture se faisait rare à l'époque, passaient la nuit, puis Jean les aidait à rejoindre la zone libre.

"Il y a avait toujours à manger à la ferme. Nous ne souffrions pas comme tous ces pauvres gens. Toujours de la viande de boucherie", se souvient Robert.


La famille Sarfati est elle restée durant toute la guerre. Il y avait Raphaël, le père, Louise, la mère, et Henri, le fils, âgé de trois ans à l'époque. Il y avait aussi la soeur de Louise et sa famille, repartie au bout de 6 mois.

Andrée Lacampagne et Henri Sarfati lors de la remise de la médaille des Justes Raphaël aidait aux travaux de la ferme et Louise au travail de la maison. Les voisins, fermiers eux aussi, étaient au courant.

Lors des contrôles et rafles allemandes, les Sarfati allaient se cacher au fond des bois dans une cavité située près d'un ruisseau.

Cette acte héroïque a été reconnu par le comité Yad Vashem. La médaille des Justes a été remise ce matin à Andrée, la soeur de Robert et fille de Jean et Amélie. Son nom sera inscrit sur le mur d'honneur du jardin des Justes à Jérusalem, comme le veut la religion juive.

Remise de la médaille des justes à Andrée Lacampagne en Gironde


Plugin flash manquant. Veuillez télécharger le dernier lecteur Adobe Flash:
Obtenez Adobe Flash Player

Lire la suite