Articles et documents

Distinction. Déportée en 1943, elle avait activement participé au sauvetage de Juifs durant la Seconde Guerre.

lundi 21 mai 2012

Anthony Veillith, 38 ans, est l’arrière-petit-fils de Dora Rivière. C’est en se lançant dans la construction de son arbre généalogique qu’il est saisi par la forte personnalité de son aïeule, le Dr Dora Rivière.

« J’ai découvert le passé terrible de souffrance de mon arrière-grand-mère. Plus je cherchais, plus je découvrais des éléments qui me donnaient envie d’en savoir plus. J’ai deux filles, Louise et Léonie. Lorsque je me suis penché, pour leur transmettre une part de la mémoire familiale, sur notre généalogie, j’ai fait connaissance avec cette famille protestante dont on ne m’avait jamais vraiment parlé. Il y avait un culte du secret. Ce qu’on avait fait, on devait le faire, mais il était hors de propos d’en tirer quelque gloire que ce soit. »

Cette quête dure cinq ans et aboutit, le 29 mars, à Paris, à la remise de la médaille des Justes parmi les Nations par Alain Habif et Viviane Saül, délégués de Yad Vashem, aux ayants droit de Dora Rivière, honorée à titre posthume.

La mère d’Anthony, Sylvie Veillith, la fille de Jacques Veillith, le fils de Dora Rivière, reçoit avec émotion « ce témoignage de reconnaissance éternelle ».

Dora Rivière était née à Saint-Étienne en 1895, dans une famille protestante originaire du Chambon-sur-Lignon. Elle était la fille de Georges-Henri Rivière, transporteur, et de Catherine Reynard.

À l’époque où peu de filles faisaient des études secondaires, Dora prépare le baccalauréat au lycée Honoré-d’Urfé.

Elle devient en 1919 une des premières femmes médecins de France. Elle s’engage dès 1920 dans de nombreuses actions sociales via la Croix-Rouge française, les Enfants à la montagne, l’Aide aux mères et la Cimade.

On la retrouve à l’aube de l’occupation allemande, divorcée de Daniel Veillith qu’elle avait épousé, en 1925, et dont elle a eu deux enfants, Hélène (1928-2001) et Jacques (1926-1987).

Dès 1940, Dora entre dans la clandestinité sous le pseudonyme de « Monsieur Lignon ». Elle s’emploie dès lors à secourir, au sein de différentes associations et réseaux de sauvetage, les pourchassés par le régime de Vichy et par le nazisme.

Les déplacements étaient le plus souvent effectués par les Fourgons stéphanois appartenant aux Transports Rivière. Arrêtée en 1943, à la suite d’une dénonciation du fils d’une employée de l’entreprise paternelle, elle est déportée à Ravensbrück. Elle met ses compétences et son dévouement au service de ses codétenues, avant de terminer son long calvaire à Mathausen, où elle sera libérée en avril 1945.

Après la guerre, elle devient adjointe au maire, chargée des affaires sociales de Saint-Étienne.

Elle s’est éteinte le 21 avril 1983, à Pignans, dans le Var.

À Saint-Étienne, une école porte son nom. Maintenant, il est gravé à Yad-Vashem, en Israël.

Fabienne Mercier

source: http://www.leprogres.fr/loire/2012/04/15/dora-riviere-resistante-stephanoise-est-devenue-juste du 15/04/2012

Lire la suite

Hommage à Yvonne et Daniel Quénu, des Justes, en présence de Jojo et Monette

lundi 21 mai 2012

«TanteYvonne» et «tonton Daniel», répétiteurs au collège de garçons d'Armentières en 1942. Samedi, à la mairie, Georges Grinblatas et Simone Audrain née Woliner retrouveront Armentières. Ces deux enfants juifs ont été recueillis de 1942 à 1945 par Yvonne et Daniel Quénu, surveillants du lycée au grand coeur. La médaille des Justes décernée par Yad Vashem a été remise à leur neveu, Henry Turlier, à Mornas, le 5 avril.

« L'idéal aurait été d'organiser cette cérémonie à Armentières où j'ai mes souvenirs et où se trouvent la plupart des proches amis et témoins mais M. Turlier habitant Nîmes est trop âgé pour se déplacer à Armentières », explique Georges Grinblatas qui réside à Mornas (Vaucluse) village dont il fut adjoint. « De même les amis d'Armentières étant également âgés - la plupart ne pourront assister à la remise de médaille à Mornas - nous avons décidé, Monette et moi, d'organiser une cérémonie informelle à Armentières », précisait il y a quelque temps celui qui fut le petit Jojo.

Clafoutis

À Armentières, des amis se souviennent. Parmi eux, Michelle Ernould née Gruson qui jouait avec ces deux enfants sans savoir qu'ils étaient recueillis en tant que leur neveu et nièce chez les époux Quénu, proches du milieu enseignant, catholiques de gauche, n'ayant pas d'enfants eux-mêmes.

Michelle Ernould se souvient d'Yvonne Quénu : « Quand son Jojo faisait une bêtise elle lui trouvait toujours une excuse ! Je me souviens de ses clafoutis (pas toujours très cuits !). » Grâce à une chaîne de solidarité entre Paris où habitaient ces enfants et leur famille et Lille, l'histoire s'est bien terminée. Ils ont retrouvé leurs parents à la libération. Jojo est chef d'entreprise à la retraite et Monette retraitée de l'enseignement, à Paris. Tous deux ont continué à voir leurs « sauveurs » jusqu'à la mort de ces derniers (1981 pour Daniel et 1999 pour Yvonne). « Mes parents et moi-même allions à Armentières ainsi que mon frère né en 1946. Il n'y a jamais eu de rupture. M. Quénu a été témoin à mon mariage et, avec mon époux et les enfants, nous allions les voir. Tante Yvonne et tonton Daniel ont toujours été en accord avec eux-mêmes, civisme et croyance religieuse. Il était difficile de parler des « Justes » avec eux. Ils n'avaient pas l'impression d'avoir fait quelque chose d'extraordinaire. Notre amour leur suffisait. les honneurs ne les intéressaient pas. Nous, aujourd'hui, nous pensons qu'il en est autrement », confie Simone Audrain.

Leurs enfants d'adoption

« Il n'y a jamais eu de rupture entre mes parents d'adoption et moi. Sur le faire-part de décès de M. Quénu, tout de suite après Mme Quénu et avant la famille, nous apparaissons, Monette et moi, comme leurs enfants d'adoption. Si j'ai mis autant de temps à constituer ce dossier, c'est par respect pour leur pudeur de personnes qui n'ont jamais attendu de reconnaissance pour des actes qui leur étaient naturels. Aujourd'hui qu'ils sont décédés... », confie Georges Grinblatas.

Samedi, Jojo et Monette seront réunis à l'initiative des anciens élèves de Paul-Hazard dont Michelle Ernould est vice-présidente, à la mairie, de 11 h à midi. Ce sera l'hommage d'Armentières et des élus à ses « Justes » pour la journée de la déportation. Sans doute des anciens amis comme René Knockaert, leur médecin, Marie-Louise Depretz, professeur à l'époque, Simone Riquier seront-ils présents pour honorer leur mémoire. 

 

CATHERINE QUÉTELARD


source: http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Armentieres/actualite/Secteur_Armentieres/2011/05/05/article_hommage-a-yvonne-et-daniel-quenu-des-jus.shtml du 05/05/2011

Lire la suite

Cette Berruyère a été faite Juste par Israël et a reçu l'insigne de chevalier de la Légion d'honneur

vendredi 18 mai 2012

Après avoir retracé la vie d’une « personnalité aussi remarquable », le maire Serge Lepeltier a fait Simone Pasquetchevalier de la Légion d’honneur.?</br>Credit : photo rémy lacroix

Après avoir retracé la vie d’une « personnalité aussi remarquable », le maire Serge Lepeltier a fait Simone Pasquetchevalier de la Légion d’honneur.?
Credit : photo rémy lacroix

Pour avoir sauvé la vie de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, Simone Pasquet, 99 ans, a reçu, hier dans les salons d’honneur de l’hôtel de ville, la médaille des Justes, ainsi que l’insigne de chevalier de la Légion d’honneur.

Simone Pasquet, juste une grande dame

«Je n'ai pas l'impression d'avoir fait quelque chose de sensationnel. » Hier matin, Simone Pasquet n'a pas beaucoup parlé. Le poids des années. Juste quelques mots susurrés au micro, mais toujours avec un petit sourire au bord des lèvres, ont suffi à rougir les yeux des nombreuses personnes venues saluer le courage de cette Berruyère de quatre-vingt-dix-neuf ans.

La « reconnaissance éternelle » d'Israël

Simone Pasquet, l'histoire d'une dame plus grande qu'elle ne veut bien le faire croire, d'une Berruyère née un 1 er mars 1913 au 127 de la rue Barbès et qui a risqué sa vie pour sauver celle de nombreux Juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

Parmi eux, Otto Weinmann, un Juif tentant de fuir la Gestapo. La rencontre a lieu à Perpignan où cette professeur d'anglais enseigne. Un soir, Simone accompagne par ses propres moyens Otto sur la plage de Banyuls, à la frontière espagnole, et le confie à un passeur. Une blessure au talon empêche Otto de recouvrer la liberté. Simone Pasquet élabore alors une nouvelle stratégie : elle lui délivre des faux papiers, le fait naître dans un petit village du nord de la France après avoir vérifié que le patelin a été victime d'un bombardement durant la Grande Guerre faisant disparaître les états civils et rendant la vérification d'identité impossible.

Otto échappe à la barbarie nazie. Une fois la guerre terminée, il se marie à Paris, sous les yeux de Simone, et quitte la France.

« Je voulais tout simplement lui dire merci »

Hier matin, assise dans son fauteuil, Simone Pasquet a écouté Serge Lepeltier retracer sa vie, celle d'une « personnalité aussi remarquable », avant que le maire ne lui remette l'insigne de chevalier de la Légion d'honneur ; le discours de Corine Levis, attachée auprès de l'ambassade d'Israël à Paris venue la faire Juste parmi les nations, en signe de « reconnaissance éternelle ».

Puis vint le tour de Dorit Knobel, fille de… Otto Weinmann, arrivée d'Israël pour l'occasion. Émue aux larmes, Dorit, qui a perdu son père le 6 mai 2010, lâche : « Je voulais tout simplement lui dire merci. Sans elle, je ne serais pas là. »

Puis Dorit s'est jetée dans les bras de Simone. « Elle fait partie de ma famille ».

Benjamin Gardel

source: http://www.leberry.fr/cher/actualite/pays/bourges-et-environ/2012/05/14/cette-berruyere-a-ete-faite-juste-par-israel-et-a-recu-linsigne-de-chevalier-de-la-legion-dhonneur-1167030.html du 14/05/2012

Lire la suite

Cérémonie de remise de médailles de Justes parmi les Nations

vendredi 18 mai 2012

C’est une cérémonie très solennelle, empreinte de dignité et de respect et baignée d’une grande émotion qui s’est déroulée ce lundi 7 mai dans la salle d’honneur de la mairie à Chateauneuf sur Isère.

Vicky et
Entourés de Mme Vicky Green venue spécialement de Los Angelès avec son époux, ses deux fils et une petite fille, Roger et René François étaient réunis avec leur famille pour recevoir la « médaille des Justes parmi les nations » de l’état d’Israël, décernée à titre posthume à leurs parents Suzanne et Amédée, qui ont hébergé dans leur ferme de Bellevue, d’octobre 1942 à septembre 1944, deux jeunes filles juives Adèle et Vicky Goldstein, alors âgées respectivement de 16 et 14 ans.

Merci Suzanne, Merci Amédée.


Amédée et Suzanne FRANCOIS
Devant une foule nombreuse, le maire de la commune Philippe Patouillard a ouvert la cérémonie par ces mots « ...en se mettant de fait hors la loi, hors la règle ...,sans rien attendre en retour, dans l’anonymat, juste par devoir, juste par solidarité, juste par Humanité, simplement parce que la générosité du cœur passe au dessus de la raison...M. et Mme François sont un exemple pour nous tous. Merci Suzanne, merci Amédée ».
Robert Mizrahi, Président du Comité français pour l’Institut Yad Vashem pour le sud de la France, en présentant ce qu’est le mémorial Yad Vashem a alors expliqué à l’assistance que le titre de justes est décerné aux personnes non juives qui ont sauvé des Juifs sous l’occupation allemande entre 1940 et 1944, au péril de leur vie. Après une rapide rétrospective les évènements de l’époque, il a ensuite vivement remercié Nathalie François – Brun, fille de Roger, à l’origine des démarches qui depuis 4 ans ont conduit à cette cérémonie.
Il n’y a pas de mot qui puisse témoigner ma reconnaissance ainsi que celle de ma sœur Adèle décédée en 2007 . Avec beaucoup d’émotion, Vicky a exprimé toute sa gratitude, son affection à l’égard de Roger le « petit frère », de ses parents « Père François et Mère François comme nous les appelions... ; Vous nous avez sauvé la vie et vous avez risqué la vôtre... ».
Très ému, Roger a ensuite conté l’histoire de ce petit garçon de 7 ans à l’époque qui a vu arriver deux belles jeunes filles à la ferme de Bellevue et qui a su de suite « tout voir, tout entendre et ne rien dire ».

Au nom du peuple juif et de l’état d’Israël, M. Barnéa Hassid, Consul général d’Israël,a alors prononcé une allocution et a remis « la médaille des Justes parmi les Nations » à Roger et René François, tandis que Robert Mizrahi donnait lecture du diplôme d’honneur « leur nom rentre aujourd’hui dans l’histoire ».

Pour terminer, le préfet de la Drôme, M. Pierre-André Durand , après avoir évoqué ces années horribles de guerre a déclaré « Quand la règle devient illégitime, il est légitime de la transgresser ». _ Il a également remercié l’ensemble des personnes qui par leur présence et leur implication pour ces cérémonies entretiennent et transmettent le devoir de mémoire nécessaire auprès des générations nouvelles notamment.

Roger, au centre et René à droite entourés de gch à dte au 1er rang du Consul d'Israël, de M. Green le mari de Vicky, Vicky et Nathalie et au 2ème rang de M. le Maire de Chateauneuf, M. le Préfet de la Drôme, la petite fille et les deux fils de Vicky et du Président de Yad Vashem


source: http://www.chateauneufsurisere.fr/Ceremonie-de-remise-de-medailles 

Lire la suite