Roy Léonide

Roy Basile

Année de nomination : 2004      Dossier n° 10190 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Léonide Roy
Date de naissance :
Profession : Fermière cultivatrice
Particularité : Catholique

M. Basile Roy
Date de naissance :
Profession : Fermier cultivateur
Particularité : Catholique

Localisation

Localite : Champlost
Département : Yonne
Région : Bourgogne
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

M. Joseph Szpajzer

Lieu de mémoire

Aucun

L'histoire

Léonide et Basile Roy, agriculteurs âgés de plus de 70 ans, résidaient à Champlost (Yonne) avec leur fils Maurice et sa femme alors que Marcel, leur second fils, était prisonnier de guerre en Allemagne. Il mourut en captivité. En 1942, le couple accueillit sous son toit un jeune garcon juif pourchassé, Joseph Szpajzer, 16 ans. Durant l’exode, la famille Szpajzer était venue se refugier à Champlost. Joseph, fasciné par les animaux et l’agriculture, proposa d’aider les Roy aux travaux des champs. Comme leur fils était captif et qu’ils manquaient de main d’œuvre, ils apprécièrent sa contribution. Ensuite les Szpajzer étaient rentrés à Paris où ils ont séjourné jusqu’en 1942. Quand la situation des Juifs devint critique, Bella Szpajzer, sa fille Muguette, et Joseph, revinrent à nouveau se réfugier à Champlost où ils reçurent un accueil chaleureux de la part de tous les habitants du village qui comptait une centaine de personnes. Bella et Muguette furent hébergés chez les Nizier* alors que Joseph fut pris en charge par les Roy. Son arrivée tombait juste à point pour la moisson. Il contribua aux travaux de la ferme comme s’il faisait partie de la famille et reçut le gîte et le couvert à titre gracieux. Quand un nouveau recensement fut imposé, Basile conseilla à Joseph de ne pas s’y soumettre. A l’occasion d’un contrôle en vue de débusquer des Juifs ou des réfractaires cachés dans le village, Basile envoya Joseph dans la forêt. Le couple l’a hébergé jusqu’à la Libération, par pure humanité, l’absence totale de tous préjugés et leur réprobation de la politique anti-juive de Vichy. Le fait d’avoir un fils prisonnier de guerre ne leur inspirait aucune sympathie à l’égard des Nazis. Basile ravitaillait d’ailleurs les maquisards cachés dans les forêts. 

Le 30 mai 2004, Yad Vashem a décerné à Léonide et Basile Roy le titre de Juste parmi les Nations.

 

de gauche à droite Marcel, Basile, Léonide et Maurice En 1940 Joseph Szpajzer personne sauvée Cérémonie