Monnier Charles

Monnier Marie

Année de nomination : 2004      Dossier n° 10342 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Charles Monnier
Date de naissance : 28/04/1886
Date de décès : 19/01/1961
Profession : Garde Champêtre
Particularité : Information non disponible

Mme Marie Monnier (née Duhamel)
Date de naissance : 28/12/1887
Date de décès : 14/10/1972
Profession : Mère au foyer
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Beauchamps
Département : Somme
Région : Picardie
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

M. Jacques Wenig

M. Roger Wenig

Lieu de mémoire

Aucun

L'histoire

Le couple Marie et Charles Monnier, sans enfants, résidait à Beauchamps (Somme). Charles était garde-champêtre. En 1938, ils avaient pris en nourrice Jacques Wenig, petit parisien de 2 ans et de santé fragile. En 1940, Les Monnier, partis sur la route de l’exode, avaient renvoyé Jacques chez ses parents qui venaient juste d’avoir un second fils, Roger. Leur père, Juif étranger, fut arrêté en mai 1941, interné à Pithiviers et en juillet 1942, déporté à Auschwitz d’où il eut la chance de revenir. Restée seule avec ses deux garçons, leur mère s’adressa à nouveau aux Monnier, rentrés chez eux entre temps. Le couple accepta de garder les deux enfants malgré la présence d’une garnison allemande dans le village et le fait qu’une partie de leur maison avait été réquisitionnée pour loger des soldats. Le couple vivait très modestement mais Charles réussissait toujours à obtenir de la farine, du sucre et du beurre pour nourrir «ses piots». Les garçons étaient présentés comme leurs petits-enfants alors que tous les habitants du village savaient pertinemment qu’ils n’avaient pas de descendants. Cette population fut solidaire. En octobre 1943, Jacques partit rejoindre sa mère qui avait trouvé un travail de cuisinière près de Compiègne. Il fut placé dans une autre famille nourricière tandis que Roger resta auprès des Monnier jusqu’à la Libération. Les Wenig furent réunis après le retour des camps du père mais malheureusement sa femme mourut en 1949, affectée par les épreuves de la guerre et les pertes dans sa famille. Les Monnier continuèrent à être les « grands-parents » des garçons ainsi que des enfants de M. Wenig remarié après le décès de sa première femme. Les Wenig ont rendu hommage à la bravoure et à la générosité de leurs sauveurs en apposant une plaque commémorative sur leur tombe en 1997.     

Le 9 août 2004, Yad Vashem a décerné à Marie et Charles Monnier le titre de Juste parmi les Nations.