Rogalle Jeanne

Rogalle Jean-Baptiste

Acgouau Jean-Pierre

Année de nomination : 2005      Dossier n° 10490 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Jeanne Rogalle (née Acgouau)
Date de naissance : 23/11/1927
Profession : Agricultrice, bergère
Particularité : Passeur pendant la guerre

M. Jean-Baptiste Rogalle
Date de naissance :
Profession : Agriculteur, berger
Particularité : Passeur pendant la guerre

M. Jean-Pierre Acgouau
Date de naissance : 23/11/1921
Profession : Agriculteur, berger
Particularité : Passeur pendant la guerre

Localisation

Localite : Aulus-les-Bains
Département : Ariège
Région : Midi-Pyrénées
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

M. Claude Henlé

M. Abraham Schilanski

M. Philip Meljado

M. Joseph Meljado

M. Elias Zomerplaag

M. Gerbit Geuns Van

Mme Dora Geuns Van

M. Marcel Geuns Van

M. Szyja Mokowicz

Mme Hena Moskowicz

M. Hans Henlé

Mme Laure Henlé

Mme Méta Weiler

Lieu de mémoire

Aucun

L'histoire

Jeanne Rogalle Jean-Baptiste Rogalle, Jean-Pierre Acgouau et sa fille Jeanne (épouse Rogalle) résidaient à Aulus-les-Bains (Ariège). Jean-Pierre dit «Job» était berger et Jeanne l’aidait à l’élevage des moutons. Il était vétéran de la Guerre de 1914-1918 et son fils, 20 ans, avait été fait prisonnier de guerre à Dunkerque en 1940 par l’armée allemande. Ils ne supportaient pas l’Occupation allemande et avaient été révoltés par la première rafle des Juifs effectuée à Aulus-les-Bains au mois d’août 1942. De par leur profession, ils connaissaient très bien la montagne entre Aulus et l’Espagne et s’improvisèrent passeurs bénévoles pour aider des Juifs persécutés à échapper à l’arrestation. Ils firent aussi passer clandestinement de nombreux résistants et réfractaires. Dans la nuit du 4 au 5 décembre 1942, Jean-Pierre et Jeanne convoyaient vers l’Espagne un groupe de 9 personnes, tous Juifs étrangers assignés à résidence à Aulus. Ils se mirent en marche et, en cours de route, rencontrèrent un second groupe guidé par Jean-Baptiste, composé lui de quatre personnes: le couple Henlé, leur bébé, Claude, 8 mois, et la grand-mère, Meta Weiler, Juifs originaires de Belgique et d'Allemagne. Les deux groupes fusionnèrent. Ils avançaient lentement et tout le monde était épuisé. Pour relayer M. Henlé, Jeanne prit le bébé dans ses bras et le convoya jusqu’en Espagne. Pendant 60 ans, elle a gardé le souvenir du bébé sans en connaître l’identité. « Sa fragilité au cœur de ces montagnes si rudes » l’avait marquée. Soixante ans plus tard, Alain Zipper, un jeune lyonnais venu passer ses vacances à Aulus, prit connaissance de l’histoire et partit à la recherche du bébé. Une équipe de chercheurs a confronté les listes des Juifs assignés à résidence à Aulus jusqu’au 5 décembre 1942 et celles du registre d’écrou de Sort (Espagne) et reconstitué la composition des groupes guidés par Jean-Pierre, Jeanne et Jean-Baptiste. Grâce à une recherche sur l’internet, les traces du bébé d’alors, Claude Henlé, furent retrouvées au Canada. En cette nuit de décembre 1942, les trois passeurs ont sauvé la vie de 13 Juifs pourchassés, à titre gracieux et en dépit de risques majeurs.      

Le 30 janvier 2005, Yad Vashem a décerné à Jeanne et Jean-Baptiste Rogalle ainsi qu’à Jean-Pierre Acgouau le titre de Juste parmi les Nations. 

 

Le témoignage

  Jean Baptiste Rogalle

Le 5 décembre 1942, Jeanne AGGOUAU (Veuve Rogalle) et son père vont organiser et accompagner le passage vers l'Espagne de 13 réfugiés juifs, dont 9 personnes dont les noms restent inconnus et de la famille HENLE, réfugiés originaires de Belgique et d'Allemagne. Durant la traversée, Jeanne portera le bébé Claude dans ses bras. Epuisée, la grand-mère s'arrête, mais sera finalement secourue par la patrouille espagnole qui les emprisonnera avant leur départ pour la liberté et finalement le Canada. Jeanne a toujours souhaité savoir ce qu'était devenu le bébé qu'elle avait sauvé et plus de 50 ans plus tard, un juif de Lyon, Alain Zipper (non apparenté), après d'incessantes recherches obstinées, a réussi à le retrouver.

La famille Acgouau, dont le fils était prisonnier en Allemagne, avait été révoltée par l'arrestation de plusieurs centaines de réfugiés Juifs à Aulus-les-Bains et se dévouait pour faire passer en Espagne réfugiés juifs et réfractaires du S.T.O

Le Général Michel Roquejeoffre fait décerner le titre de Chevalier de la Légion d'honneur à Jeanne Rogalle. Jeanne ROGALLE

Mme ROGALLE avec M SEIFER, responsable de la cérémonie à Toulouse Mme ROGALLE devant le monument Mme ROGALLE avec les responsables de la cérémonie Albert SEIFER et Nicole CAMINADE Jeanne ROGALLE Jeanne Acgouau et ses parents en 1942 Jeanne Rogalle