Deneuve Edmond

Deneuve Marie-Valentine

Année de nomination : 2005      Dossier n° 10523 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Edmond Deneuve
Date de naissance : 23/02/1898
Date de décès : 28/02/1989
Profession : Directeur de la pension Bella Vista
Particularité : Information non disponible

Mme Marie-Valentine Deneuve (née Prévost)
Date de naissance : 13/06/1899
Date de décès : 30/04/1979
Profession : Directrice de la pension Bella Vista
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Le Cannet
Département : Alpes-Maritimes
Région : Provence-Alpes-Côte-D'Azur
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 26 septembre 2006
Lieu : Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme - Paris (75004)

Remise de la médaille des Justes des Nations par Madeleine PELTIN-MEYER et Viviane SAÜL, déléguées de Yad Vashem, Aux ayants droit de Jéhan-Yves et Marie-Jeanne DIENNE, Elisabeth ROUBINET, Maurice GENEST, Edmond et Marie-Valentine DENEUVE et Clémentine RICCOBONO, honorés à titre posthume. Médailles confiées au Musée de la Résistance Azuréenne à Nice.

Personnes sauvées

Mme Marlène Steinberg (née Konopnicki)

M. Abraham Hoffnung

Lieux de mémoire

Esplanade des Justes parmi les Nations à Le Cannet

L'histoire

Sous l’Occupation, Marie Valentine et Edmond Deneuve dirigeaient le home d’enfants « Bella Vista » à Cannes (Alpes-Maritimes). Edmond en était le directeur administratif et Marie, appelée aussi Marinette, dirigeait les cuisines et supervisait le ravitaillement. Le couple était sans enfants. En mars 1944, il hébergea dans son établissement Marlène Konopnicki, 8 ans, et son grand-père maternel, M. Hoffnung, employé comme jardinier. Il devait s’abstenir de parler pour ne pas dévoiler son accent étranger. En septembre 1943, les troupes allemandes avaient occupé la zone italienne et entrepris aussitôt la chasse aux Juifs de la région. Raphaël Konopnicki était commandant FTP, puis chef FFI de Cannes, Grasse et sa région, et sa femme agent de liaison. Auparavant, ils avaient placé leur fille Marlène, 7 ans, à Monte-Carlo mais elle avait été expulsée de la Principauté avec d’autres réfugiés, au moment de l’Occupation allemande. Par l’intermédiaire de ses relations dans la Résistance, Raphaël eut le contact avec le couple Deneuve qui admit ses proches à Bella Vista, à titre gracieux. Son beau-père, juif étranger, fut ainsi le seul survivant de la famille Hoffnung. Les Deneuve couraient d’énormes risques en les cachant car la répression contre les Juifs et leurs protecteurs avait pris un caractère sévère et le grand parc attenant à la pension fut réquisitionné par l’armée allemande pour lui servir de casernement. Ils cachaient aussi d’autres enfants juifs dont les parents avaient été déportés ou fusillés.    

Le 3 mars 2005, Yad Vashem a décerné à Marie Valentine et Edmond Deneuve le titre de Juste parmi les Nations.

 

Le témoignage

Raphaül Konopnicki est né en 1915 en Pologne et Rose Hoffnung née en 1913 en Allemagne. Ils se marient en 1935 à Metz. Naturalisés français, ils ont trois enfants.
Très jeune, Raphaül Konoponicki participe à la lutte contre le nazisme. En 1933, il sera le fondateur de la LICA qui deviendra la LICRA.
Mobilisé en 1940 avec ses deux frères aînés, il parvient à franchir la ligne de démarcation. Raphaül Konopnicki rejoint la Résistance suite à l'appel du 18 juin 1940 du Général de Gaulle. La famille Konopnicki s'installe à Nice chez Mme Riccobono. En septembre 1943, la zone sud est
occupée par les Allemands, Mme Riccobono cède une pièce de sa maison à la famille Konopnicki malgré le danger. D'autres membres de la famille vont les rejoindre, ils seront douze personnes réfugiées chez Clémentine Riccobono.
En mars 1944, la petite Marlène Konopnicki est placée avec son grand-père près de Cannes dans la pension de Valentine et Edmond Deneuve. Ils accueillent généreusement la petite et son grand-père en qualité de jardinier. Leur maison est un refuge pour d'autres enfants en détresse.
A la Libération, la famille Konopnicki a entretenu l'amitié avec leurs bienfaiteurs.