Abribat Honorine

Pagnon Bertrand

Pagnon Marie

Année de nomination : 2007      Dossier n° 11228 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Honorine Abribat (née Pagnon)
Date de naissance : 26/02/1905
Date de décès : 02/09/1985
Profession : Sans profession
Particularité : Information non disponible

M. Bertrand Pagnon
Date de naissance : 08/08/1871
Date de décès : 1957
Profession : Agriculteur
Particularité : Information non disponible

Mme Marie Pagnon (née Bordes)
Date de naissance : 07/04/1867
Date de décès : 14/05/1945
Profession : Epicière
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Lagardelle-sur-Lèze
Département : Haute-Garonne
Région : Midi-Pyrénées
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 3 mars 2009
Lieu : Mairie de Toulouse (31400)

Remise de la médaille des Justes des Nations par Albert SEIFER, délégué de Yad Vashem, Aux ayants droit de Honorine ABRIBAT, Bertrand et Marie PAGNON honorés à titre posthume.

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

M. Josué Salvator Sarfati

M. Vital Sarfatti

Mme Estelle Sarfatti (née Lévy)

M. Albert Berkman

Lieu de mémoire

Aucun

L'histoire

Marie Pagnon Honorire Abribat (née en 1905) a vécu à Toulouse. Son mari, Raymond, avait été capturé en 1940 et était prisonnier de guerre en Allemagne. La Croix-Rouge organisait des réunions régulières pour les épouses de prisonniers de guerre, et c'est lors d'une de ces réunions qu'Honorine rencontre Estelle Sarfatti, dont le mari Avraham, était aussi prisonnier de guerre, et les deux femmes sont devenues amies. En avril 1944, certains membres de la famille d'Estelle furent arrêtés et déportés (vers l'Est). Estelle contacta son amie Honorine et lui demanda de l'héberger. Honorine accepta rapidement et prit Estelle avec son fils de 12 ans, Vital, chez elle. Quelques jours plus tard, Honorine décida de quitter Toulouse avec ses deux protégés juifs. Les trois s'installèrent chez les parents d'Honorine : Bertrand et Marie Pagnon, qui vivaient dans une ferme, dans le village de Lagardelle-sur-Lèze (Haute-Garonne). Peu de temps après, deux couples qui étaient de la famille d'Estelle sont aussi arrivés à la ferme : Mr & Mme Sarfatti et leur fils Josué 15 ans, ainsi que Mr & Mme Berkman et leur fils Albert 5 ans. Ils ne sont restés que quelques jours à la ferme puis trouvèrent un logement ailleurs. A peu près au même moment, des soldats de la tristement célèbre division SS "Das Reich" arrivèrent dans le village de Lagardelle et un officier fût logé à la ferme des Pagnon. A la suite du Débarquement, la division SS qui avait été stationnée dans le sud de la France, reçût l'ordre de se déplacer vers le nord pour arrêter l'avance des alliés ; le 10 juin 1944, ces soldats ont massacré 642 civils français dans le village d'Oradour-sur-Glane, dans la région du Limousin. Ainsi, même s’il était clair que la France allait rapidement être libérée, le danger que constituaient les troupes allemandes et les milices françaises s'intensifiait. Estelle et Vital furent autorisés à rester à la ferme, et Estelle fut présentée aux soldats allemands ainsi qu'aux villageois comme femme de prisonnier de guerre et amie d'Honorine.  Estelle et Vital y restèrent jusqu'à la libération.

Après la guerre, les deux maris revinrent et les deux familles sont restées amies.

Le 5 décembre 2007, Yad Vashem a reconnu Honorine Abribat et ses parents, Bertrand et Marie Pagnon, Justes parmi les Nations.

 

Honorine Abribat, 1944 Credit: Coll.Yad. Honorine Abribat Credit: Coll.Yad. Honorine Abribat Credit: Coll.Yad. Bertrand et Marie Pagon , Honorine Abribat