Blumet Amélie

Blumet Elisa

Blumet Joseph

Année de nomination : 2009      Dossier n° 11494 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Amélie Blumet (née Richard)
Date de naissance : 15/07/1873
Date de décès : 23/05/1953
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

Mme Elisa Blumet (née Meurier)
Date de naissance : 21/02/1909
Date de décès : 30/11/1998
Profession : Cultivatrice
Particularité : Information non disponible

M. Joseph Blumet
Date de naissance : 01/02/1904
Date de décès : 17/02/1985
Profession : Cultivateur
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Curienne
Département : Savoie
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Information non disponible

Lieu de mémoire

Aucun

L'histoire

BLUMET Joseph & Elisa Avant la guerre, la famille de Claude Volfin, habite 7 rue des Arènes de Lutèce, dans le 5è arrondissement de Paris et Georges est propriétaire d’un magasin de meubles 23 rue de Linné, dans le 5è également. 

En 1940, M. VOLFIN résilie le bail de l’appartement et de son commerce pour se réfugier à Chambéry, en zone libre avec toute sa famille (sa mère, Anna, ses frères Denis et Jules, sa sœur Louise et son époux, Jean PISSON, agent SNCF – qui s’est fait muter justement à Chambéry. Jules VOLFIN négocie une villa à Ravoire en Savoie), qui sera au nom de Jean PISSON. 

Claude est scolarisé à Chambéry, il devient l’ami de René FORAY. Georges VOLFIN travaille, pour nourrir sa famille dans la ferme de M. BLUMET. Son frère, Denis, est déporté à Buchenwald en juin 43. Il décède à Mauthausen en mars 43. Son frère Jules meurt d’un cancer en 1943.

Lorsque son père est abattu et sa mère déportée, Claude se réfugie chez son ami René FORAY. Le 6 janvier 44, il part chez M. & Mme BLUMET ; Le couple a deux filles. Claude ne sort presque pas de la chambre qu’il occupe. 

Fin janvier, craignant que le facteur n’ait aperçu Claude, Joseph BLUMET le confie à sa mère, Amélie, qui habite également en Savoie, à Curienne. Il vit, isolé, dans une pièce dont il ne sort pas. C’est Amélie qui lui apporte ses repas et lui prodigue quelques mots de réconfort. Il n’y a aucun arrangement financier. 

Afin que Claude puisse poursuivre sa scolarité, Mme FORAY et l’abbé CANET de La Ravoire lui trouvent une place d’interne au petit séminaire de St-Jean-de-Maurienne.

Claude passe la nuit chez Mme FORAY avant de rejoindre le séminaire début mars. Il y restera trois mois environ avant de rejoindre les FFI dans le maquis. Il participe à la libération de St Jean de Maurienne. 

A la Libération, il retrouve sa tante Louise à la villa de La Ravoire, puis il est placé dans la maison d’enfants de l’OPEJ/OSE à Rueil Malmaison. 

Le 20 janvier 2009, L’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les nations à Madame Blumet Amélie, son fils Joseph et sa belle-fille Elisa.