Ardoin Anne-Marie Cécile

Année de nomination : 2009      Dossier n° 11576 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Anne-Marie Cécile Ardoin
Date de naissance : 22/07/1892
Date de décès : 10/03/1986
Profession : Supérieure de la communauté des S?urs de Saint Vincent de Paul
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Galatz
Département : Information non disponible
Région : Autre-Pays
Pays : Roumanie

Cérémonies de reconnaissance

Date : 11 mai 2010
Lieu : Congrégation du 140 rue du Bac à Paris (75015)

Remise de la médaille des Justes parmi Nations par Jean Claude ROOS et Régine SIGAL, délégués de Yad Vashem, Aux ayants droit de Sœur Anne-Marie Cécile ARDOIN, honorée à titre posthume.

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

Dr Madeleine Kahn

Lieu de mémoire

Aucun

L'histoire

Abraham Joseph Woloch, d’origine polonaise, et Rosa Sontag, née en Roumanie, habitaient rue Caffarelli dans le 3e arrondissement de Paris. Ils étaient commerçants.
Leur fille Madeleine naît en 1933.

En juin 1939, Madeleine part chez sa grand-mère à Stanesti-de-Jos en Bucovine, une province roumaine. Mais conséquence du pacte Germano-Soviétique, les frontières roumaines sont alors fermées et Madeleine ne peut revenir en France.

Dès l’entrée des troupes allemandes en Roumanie, des massacres de masse visent les juifs et son oncle, présent à Stanesti, est assassiné.
Survivent Madeleine, sa grand-mère, et sa tante avec son enfant âgé d’un an.
Après un passage par Czenovitz, capitale de la Bucovine, tous sont déportés en Transnistrie, à l’est du Dniepr. Ils sont pourchassés de camps en camps, dans ce que les autorités roumaines ont appelé des "migrations forcées" : sans manger, sans boire, sans savoir où ils seront quelques heures plus tard.
Après des jours de marche, ils seront affectés au camp de Cernivitsi. La grand-mère décède de tuberculose et de chagrin, l’assassinat de son gendre l’a minée.

Mais Madeleine, née à Paris est Française; elle a un passeport français.

En 1942, avec l’aide du Consul de France à Galatz, Monsieur Gabriel Richard, Madeleine est retirée du camp et rapatriée à la Légation française à Galatz.
Son état de santé est précaire et le typhus se déclare.
Elle est hospitalisée à l’hôpital tenu par les Sœurs de Saint Vincent de Paul. Mère Ardoin, Sœur supérieure de la Communauté, la soigne, la choie, lui donne mille preuves d’affection et tente de lui faire oublier le cauchemar vécu.

Le départ de Mère Ardoin, rappelée en France, sera ressenti par Madeleine comme une trahison, un abandon qu’elle n’était pas prête de lui pardonner.
Madeleine rejoint, avec le reste de la communauté, Bucarest et se retrouve chez les Sœurs de Notre Dame de Sion sous un parfait anonymat, mais la peur d’être dénoncée est quotidienne.
Elle ne rejoindra ses parents en France, qu’en 1946.

Les retrouvailles sont douloureuses. Trop d’épreuves ont bouleversé les uns et les autres. Tout un parcours à refaire, même le français à réapprendre.
Après une scolarité difficile, la réadaptation à la vie familiale achevée, Madeleine s’oriente vers des études de médecine ; profession qu’elle exercera pendant 27 ans.
Elle entreprend un DEA d’Histoire à la Sorbonne pour mieux connaître son passé.
Madeleine épouse Kahn n’a pas oublié Mère Ardoin  qui a su lui apporter réconfort et sérénité à la sortie de l’enfer des camps. 

Marlaine Khan la rescapée(avec un ruban dans les cheveux) au monastère. Credit: COLL.YAD Marlaine Khan la rescapée(avec un ruban dans les cheveux) au monastère. Credit: COLL.YAD  Mere Ardoin (à l'extrême gauche)  Credit: Coll.Yad. Marlaine Khan la rescapée(avec un ruban dans les cheveux assise devant) avec  les soeurs du monastère. Credit: COLL.YAD