Forestier Louis

Année de nomination : 2009      Dossier n° 11678 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Louis Forestier
Date de naissance : 04/04/1907
Date de décès : 07/11/1973
Profession : Instituteur, directeur d'un Home d'enfant
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Lavercantière
Département : Lot
Région : Midi-Pyrénées
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 15 mars 2012
Lieu : Mairie de Cahors (46000)

Remise de la médaille des Justes parmi les Nations par Albert SEIFER, délégué de Yad Vashem ; Aux ayants droit de Louis FORESTIER, honoré à titre posthume.

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

Mme Charlotte Berger (née Greneche)

Mme Alice Pichon (née Radzyner)

Lieu de mémoire

Aucun

L'histoire

Louis Forestier fut nommé directeur de la maison d’enfants à Lavercantière dans le Lot en 1943. Le château de Lavercantière datait du 14ème siècle était devenu une maison d’enfants en 1939, pour accueillir au début des enfants réfugiés de la guerre civile en Espagne. La maison recevait des fonds d’une Eglise basée aux USA. A la demande de l’OSE (Œuvre de Secours aux Enfants) la maison reçut des enfants juifs libérés du camp de Rivesaltes.

Parmi les enfants qui y trouvèrent refuge, Charlotte Berger qui était née à Cologne en Allemagne en 1937. Son père Avraham Jacob Berger avait émigré de Pologne vers l’Allemagne où il avait rencontré et épousé Zirl. Il était devenu ferrailleur mais avec l’antisémitisme et la persécution grandissants, la famille avait fui l’Allemagne en 1939, avait vécu en Belgique pendant un an et finalement arriva en France en 1940, s’installant à Brive-la-Gaillarde. Le père trouva du travail. Charlotte et sa mère furent arrêtées et internées à Rivesaltes. Peu de temps après leur arrivée au camp, Zirl fut déportée via Drancy à Auschwitz, où elle fut assassinée. L’OSE sortit Charlotte de Rivesaltes et en 1943 envoya l’enfant à Lavercantière où elle resta jusqu’à 1945.

Charlotte se souvient qu’elle n’a manqué de rien et que les activités des enfants étaient variées et nombreuses. Son père réussit même à lui rendre visite. Quand les menaces d’arrestation par les soldats allemands ou la milice française furent imminentes, tous les enfants juifs furent cachés. Le personnel du Château et les villageois gardèrent le secret.

Une autre enfant fut aussi hébergée au Château de Lavercantière, Alice Radzyner. La famille s’était installée dans les années 1930 en France et Alice était née en 1939. En 1940, son père s’était engagé volontaire dans l’armée et fut envoyé dans les Ardennes où il fut blessé et évacué dans un hôpital à Toulouse. Fin 1940, la mère quitta Paris avec Alice et s’installa à Montpellier où le père les rejoignit. La deuxième fille des Radzyner était née. Par peur d’être arrêtée, la famille s’enfuit à Marvejols où en 1943 naquit un fils. Evitant d’être arrêtée, la famille retourna à Montpellier et trouva refuge dans un pensionnat tenu par Suzanne Babut. Les parents d’Alice pensèrent que le mieux était de faire accepter leur fille aînée dans la maison de Lavercantière. Alice y arriva au printemps 1944 et resta jusqu’à l’été.

Alice avait totalement occulté le temps passé à Lavercantière car elle s’était sentie abandonnée par ses parents. Un jour cependant en écoutant la radio elle entendit une annonce : « Où étiez-vous le 8 mai 1945 ? ». Soudain elle retrouva tous ses souvenirs, la maison, les autres enfants, la nourriture, le besoin de se cacher dans la forêt, et d’autres faits. Alice commença à chercher d’autres enfants cachés à Lavercantière.

 

Le 19 octobre 2009, l’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Louis Forestier.