Girodet Marie

Girodet Jacques

Année de nomination : 2010      Dossier n° 11796 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marie Girodet (née Soubeyre)
Date de naissance : 26/01/1901
Date de décès : 21/06/1976
Profession : Sans profession
Particularité : Information non disponible

M. Jacques Girodet
Date de naissance : 19/03/1902
Date de décès : 08/10/1993
Profession : Industriel
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Yssingeaux
Département : Haute-Loire
Région : Auvergne
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 13 mai 2012
Lieu : Mairie de Saint-Vincent (43200)

Remise de la médaille des Justes parmi les Nations par Annie KARO, déléguée de Yad Vashem ; Aux ayants droit de Jacques et Marie Mathilde GIRODET, honorés à titre posthume.

Personnes sauvées

Mme Monique Cazanova (née Balzer)

Mme Maryse Eskenazi (née Balzer)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Jacques GIRODET Mathilde GIRODET

Alfred BALZER et Rachel VARSANO sont tous deux originaires de Grèce. Ils se marient à Marseille en 1926. Alfred est Directeur commercial dans un grand magasin et Rachel est mère au foyer. Ils ont trois filles : Maryse, née en 27, le témoin Monique, née en 27 et Denise, qui naît en mars 1940.

Après avoir déjà subi les lois raciales (il est rétrogradé au rang de vendeur), et après les grandes rafles de janvier et février 1943, Alfred décide de disperser ses enfants pour les protéger.

Maryse est placée chez des religieuses dans un orphelinat du Vaucluse. Monique est accueillie par la famille GIRODET, à Yssingeaux (Haute Loire). Elle a reçu comme recommandation de ne jamais dévoiler sa religion. Cependant elle finit par avouer son secret. Cet aveu est accueilli avec beaucoup d’amour et de compréhension.

Les GIRODET s’occupent aussi de Maryse, qui vit une situation pénible à l’orphelinat, en lui envoyant des colis.

Victime d’une dénonciation de voisinage, la famille BALZER est recherchée par la Gestapo. Le père est arrêté dans la rue en mai 44 mais la mère et la petite Denise parviennent à s’échapper et à se cacher ici ou là.

Après la Libération, les GIRODET garderont Monique gratuitement, jusqu’en mai 45, quand la Croix-Rouge la ramène à Marseille où elle retrouve sa mère et ses sœurs.

 

Le 27 Avril 2010, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les nations à Monsieur Girodet Jacques et son épouse Marie.

JL Vidal,A Karo,Eliane, JB Girodet,Christiane,M Harel,Monique Balzer
maison du sauvetage Yssingeaux Monique Balzer en 1943 en bas de l'escalier