Neroud Benoit

Neroud Annette

Année de nomination : 2011     Dossier n° 12237  (Consulter le dossier de Jérusalem)

Les Justes

M. Benoit Neroud
Date de naissance : 28/12/1896
Date de décès : 08/01/1963
Profession : Négociant en grains
Particularité : Information non disponible

Mme Annette Neroud (née Moine)
Date de naissance : 20/04/1896
Date de décès : 10/02/1951
Profession : Négociante en grains
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Sainte-Euphemie
Département : Ain
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 21 juillet 2013
Lieu : Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation - Lyon (75007)

Remise de la médaille des Justes parmi les Nations par Didier CERF, délégué de Yad Vashem ; Aux ayants droit de Jean et Hélène TÊTE et de Benoit et Annette NEROUD, honorés à titre posthume.

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

Mme Françoise Roffi

Lieu de mémoire

Aucun

L'histoire

Venant de Lituanie, Jacob Biron et sa femme Caroline ont émigré en France dans les années 1880. Installé à Orléans, ce couple eut cinq enfants : Henri mort au combat durant la guerre de 14/18, Maurice mort en déportation, puis Suzanne, Rébecca et jean.

Après leur mariage en 1928, Jean et Feiga (née Androchnik) s’installent à Orléans ; Ils ont deux enfants Françoise et Claude. Le couple travaille dans l’entreprise familiale de chaussures « les 100 000 paires ». En 1939, le père est mobilisé et sa famille part se réfugier à Villeneuve-sur-Lot mais ils se retrouvent tous à Orléans quand le père est démobilisé en août 40. Suite à un bombardement, le magasin est transféré mais il est aryanisé en 1942.

Vraisemblablement suite à une dénonciation, jean Biron est arrêté à son domicile le 4 juin 1942 et emmené à al prison militaire. Le 7 juin sa femme est convoquée à la prison où elle apprend la mort de son mari. A la morgue le corps de son mari présente de graves signes de torture, il fut le premier juif arrêté à Orléans et ses obsèques sont suivies par une foule immense.

Feiga Biron passe alors en zone libre avec ses deux enfants. Les Biron vont retrouver benoît & Annette Néroud, amis de vacances de longue date qui ont proposé de les aider.

Grâce à eux, Feiga va parvenir à louer un appartement à Lyon et Françoise et Claude vont pouvoir reprendre leur scolarité.

Fin 1942, sa mère ayant très peur pour elle, Françoise va partir se cacher chez le couple Néroud à Sainte-Euphémie. A partir de ce moment Françoise va aprtager complètement la vie de famille des Néroud ; pendant les vacances scolaires son frère Claude viendra la rejoindre.

Au moment de la Libération, leur mère Feiga est partie à pied de Lyon jusqu’à Sainte-Euphémie avec cinq autres personnes et ils vont tous, être accueillis chez les Néroud.

A ce jour, Françoise a conservé des relations très étroites et affectueuses avec la famille qui l’a sauvée.

Le 10 octobre 2011, l’Institut Yad vashem Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Néroud Benoît et à son épouse Annette.