Jacquin Armelle

Jacquin Marguerite

Jacquin Paul

Année de nomination : 1991     Dossier n° 4873  (Consulter le dossier de Jérusalem)

Les Justes

Mlle Armelle Jacquin
Date de naissance : 04/10/1927
Profession : Collègienne, gardienne des troupeaux
Particularité : Résistante

Mme Marguerite Jacquin (née Jarre)
Date de naissance : 05/09/1903
Profession : Mère de 5 enfants
Particularité : Résistante

M. Paul Jacquin
Date de naissance : 12/03/1898
Date de décès : 16/09/1967
Profession : Administrateur des fermes, agriculteur, régisseur
Particularité : Résistant

Localisation

Localite : Bergerac
Département : Dordogne
Région : Aquitaine
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Malka Spingarn

Lieu de mémoire

Aucun

L'histoire

Née à Karlsruhe en Allemagne, Hélène Fraenkel avait douze ans en avril 1939 quand sa famille réussit à la faire passer en France clandestinement, ainsi que sa sœur, par l'intermédiaire de l'OSE. Les deux fillettes trouvèrent asile à Strasbourg. Lorsque les Allemands envahirent la France, l'OSE transféra Hélène, sans sa soeur, dans un orphelinat de Bergerac (Dordogne). Un soir de 1942, des gendarmes français firent irruption dans l'établissement et arrêtèrent plusieurs Juifs, dont Hélène. Déjà dans le car qui devait la conduire dans un camp, elle fut remplacée au dernier moment par un Juif plus âgé et retourna à l'orphelinat. Il fut alors décidé de lui trouver une cachette plus sûre. Le directeur de l'établissement connaissait une famille qui habitait un château proche de Bergerac et qui administrait les fermes des alentours. Cette famille avait des liens avec la Résistance et abritait des enfants juifs munis de faux papiers d'identité. C'est ainsi qu'Hélène arriva en 1942 au château de Cireygeol, une vaste mais vieille bâtisse qui appartenait aux Jacquin, une famille fortunée qui avait cinq enfants. Elle vivait modestement, et se livrait aux travaux des champs avec l'aide des enfants et des réfugiés. Les enfants gardaient les troupeaux et travaillaient aux moissons. Après la guerre, Hélène évoqua la chaleur de la famille et tout particulièrement de la jeune Armelle, qui avait son âge et dormait dans la chambre contiguë à la sienne. Pour sa part, Armelle se souvenait d'Hélène comme d'une adolescente robuste qui ne pleurait jamais mais avait désèspérement besoin d'affection. Les Allemands et la milice française faisaient parfois des descentes dans la région, à la recherche de maquisards et de Juifs. Les Jaquin cachaient alors les aînés des enfants dans la forêt tandis qu'Hélène était dissimulée dans une meule de foin. Les Jacquin avaient averti leurs jeunes pensionnaires de ne révéler à personne qu'ils étaient juifs et ce n'est qu'à la Libération qu'Hélène découvrit que les autres enfants l’étaient également. Après la guerre elle demeura chez les Jacquin pendant un an et demi avant d'être envoyée dans un établissement de l'OSE à Toulouse. Les Jacquin avaient hébergé les enfants juifs sans aucune contrepartie. Par leur action, comme par leur participation à la Résistance, ils manifestaient leur opposition à l'occupant.

Le 27 février 1991, Yad Vashem a décerné à Paul et Marguerite Jacquin et à leur fille Armelle le titre de Juste parmi les Nations.