Barin Anselme

Année de nomination : 1994     Dossier n° 5894  (Consulter le dossier de Jérusalem)

Les Justes

M. Anselme Barin
Date de naissance :
Profession : Prêtre catholique
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Clans
Département : Haute-Saône
Région : Franche-Comté
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Baril

Mme Mosse lévy

Lieu de mémoire

Aucun

L'histoire

Anselme barin Au début du mois de septembre 1943, quand les Allemands occupèrent l'extrémité sud-est de la France, précédemment sous contrôle italien, une grande partie des Juifs qui étaient allés se refugier à Nice s'enfuirent une nouvelle fois, partant vers le nord et les montagnes. Le docteur Maurin, qui vivait à Clans (Alpes-Maritimes), petite localité de la vallée de la Tinée au nord-est de Nice, demanda à son ami Anselme Barin, prêtre catholique, de cacher plusieurs Juifs qui risquaient d'être déportés. Le père Barin vivait à Marie-en-Tinée, non loin de Clans. Il était le curé de ce village et aussi d'Ilonse, localité encore plus reculée dans la montagne. Il accepta d'héberger les Baril - la famille d'un marchand juif qui avait fui Nice - le père, la mère, la fille et les deux garçons dont le plus jeune n'avait que sept ans. Ils vécurent chez le père Barin pendant onze mois, du 15 septembre 1943 à la Libération en août 1944. Pour éviter le risque de dénonciation, leur présence resta secrète; seuls étaient au courant le docteur Maurin, qui les avait envoyés au prêtre, et son beau-frère, le maire du village. Garder le secret n'était pas tâche facile dans un aussi petit hameau; pourtant la présence des Baril ne fut jamais découverte. Pendant toute cette période, le docteur Barin et son beau-frère s'occupèrent de leurs besoins matériels sans la moindre contrepartie. Plusieurs jours après l'arrivée des Baril, deux soeurs juives de la famille Mossé-Lévy et leur vieille mère arrivèrent chez le père; envoyées par le docteur Maurin. Comme il n'y avait plus de place chez lui, le prêtre leur donna la clé du presbytère d'Ilonse, où elles restèrent cachées jusqu'à ce qu'elles aient trouvé un logement plus confortable.

Le 9 janvier 1994, Yad Vashem a décerné au Père Anselme Barin le titre de Juste des Nations.

 

Plaque à la mémoire de Anselme barin