Mottin Aline

Abeille Marcel

Abeille Madeleine

Année de nomination : 1995     Dossier n° 6556  (Consulter le dossier de Jérusalem)

Les Justes

Mme Aline Mottin (née Abeille)
Date de naissance :
Profession : Lycéenne
Particularité : Eclaireuse unioniste

M. Marcel Abeille
Date de naissance :
Profession : Propriétaire d'un commerce (articles cadeaux: vaisselle, porcelaine..)
Particularité : Information non disponible

Mme Madeleine Abeille
Date de naissance :
Profession : Propriétaire d'un commerce (articles cadeaux: vaisselle, porcelaine..)
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Romans-sur-Isère
Département : Drôme
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Dr Françoise May levin

Lieu de mémoire

Aucun

L'histoire

Françoise May-Levin, qui faisait partie des éclaireuses unionistes, devant quitter dans l'urgence sa résidence à Romans, a été accueillie par les parents de sa camarade éclaireuse Aline Abeille, Marcel et Madeleine. Elle partagea la petite chambre d'Aline jusqu'à la Libération, elle fut traitée comme leur fille avec grande affection.

 

Dans les premiers jours de la guerre, les May - le mari, la femme, leurs deux fils (nés en 1922 et en 1925) et leur fille (née en 1929) - une famille juive de Nancy -, se réfugièrent à Romans-sur-Isère, dans le département de la Drôme. Au début, ils y vécurent des jours tranquilles. Françoise, leur fille, allait au lycée et ses camarades de classe l'avaient invitée à participer aux activités de la troupe locale des Eclaireuses Unionistes. Avec l'occupation de la région par les Allemands en septembre 1943, la situation changea immédiatement. Des parents de la famille May qui vivaient à Nice furent arrêtés. C'est alors qu'Aline Abeille, une amie de Françoise, l'invita à venir habiter chez ses parents. Les époux Abeille avaient un petit magasin de porcelaine et cadeaux, mari et femme y travaillaient. L'appartement, situé au troisième étage du bâtiment, n'était pas grand : deux chambres, une cuisine et des sanitaires communs avec les voisins. En dépit de ces conditions difficiles, les Abeille accueillirent chaleureusement l'amie de leur fille. Françoise partagea la petite chambre d'Aline du mois d'octobre 1943 à la Libération, soit à la fin de l'été 1944. Traitée comme si elle faisait partie de la famille, elle continua à fréquenter le lycée comme avant l'occupation allemande. La famille Abeille, parfaitement consciente du grand danger qu'elle courait en logeant  une jeune juive chez elle, le fit cependant de grand coeur et sans aucune contrepartie. Elle ne songea pas à revenir sur sa décision même lorsque certains camarades de classe de Françoise menacèrent d'informer les autorités.

Après la guerre, Françoise May continua à entretenir d'étroites relations avec ceux qui l'avaient sauvée. Après le décès des parents, elle resta en contact avec sa "soeur", Aline.

Le 2 avril 1995, Yad Vashem a décerné à Marcel et Madeleine Abeille, ainsi qu'à leur fille Aline, le titre de Juste parmi les Nations.