Beneteau Ginette

Beneteau Jean

Dunand Elisabeth

Année de nomination : 1996      Dossier n° 7418 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Ginette Beneteau
Date de naissance :
Profession : Châtelain
Particularité : Information non disponible

M. Jean Beneteau
Date de naissance :
Profession : Châtelain
Particularité : Soldat

Mme Elisabeth Dunand
Date de naissance :
Date de décès : 1974
Profession : Châtelaine
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Mercury
Département : Savoie
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

M. Bernard Weil

Mme Françoise Wachtel (née Weil)

Mme Luce Frank

Mme Hélène Weil

M. Jacques Frank

Mme Cécile Wachtel

M. Jean Weil

M. Armand Wachtel

M. Marcel Weil

Lieu de mémoire

Aucun

L'histoire

Jean et Ginette Béneteau vivaient au château de Chervon à Mercury, en Savoie, qui appartenait à Elisabeth Dunand, la mère de Ginette. Mobilisé au début de la guerre, Jean se lia d'amitié avec Jean Weil, soldat comme lui. Tous deux prirent part aux désastreux combats des Flandres; ils se donnèrent leurs adresses au cas où l'un d'eux serait fait prisonnier de guerre. Ce qui arriva à Béneteau. En 1942, cherchant, comme beaucoup d'autres Juifs à l'époque, asile en zone encore non occupée, Jean Weil écrivit à son camarade, dont il ignorait la captivité. Ginette, ayant lu la lettre, offrit à Weil et à sa famille l'hospitalité du chateau de sa mère. Jean Weil, accompagné de sa mère Hélène et de son frère Marcel, arriva à Chervon à l'automne. Après la guerre, Françoise, la soeur de Jean, raconta qu'elle s'était mariée le 1er décembre 1942 avec Armand Wachtel dans la synagogue de Lyon; le Rabbin Schoenberg, qui avait officié à la cérémonie, fut arrêté et déporté en mai 1943. Lorsqu'Armand reçut l'ordre de partir pour service du travail obligatoire, les jeunes mariés décidèrent de prendre la fuite. Ginette persuada Elisabeth Dunand d'accueillir aussi les Wachtel - le jeune couple avec leur bébé Bernard, Céline, belle-mère de Françoise, ses neveux Jacques et Luce Frank. Les neuf réfugiés payaient un loyer symbolique à leur propriétaire, qui avait mis à leur disposition un lopin de terre où ils cultivaient des légumes pour améliorer leur ordinaire. Les gens du village savaient que des Juifs étaient cachés au château; il n'y eut pourtant aucune dénonciation. En 1944, les Allemands réquisitionnèrent le château pour y loger des officiers. Pour assurer la sauvegarde du petit Bernard au cas où ses parents seraient pris, Ginette et Jean (revenu de captivité) le gardèrent dans leur chambre, avec leur propre fillette. Les Béneteau prenaient une part active au réseau local de la Résistance, qui était suffisamment fort pour dissuader les éventuels dénonciateurs. Ils couraient cependant les plus grands risques en venant au secours de ces Juifs en danger. Dans la ville voisine d'Albertville, un homme avait été arrêté et déporté pour avoir caché des Juifs dans son hôtel.

Le 9 décembre 1996, Yad Vashem a décerné à Jean Béneteau, sa femme Ginette et sa belle-mère Elisabeth Dunand le titre de Juste des Nations.

 

De gauche à droite, Mme Wachtel, Nicole Beneteau, Genevieve Beneteau, Mme Dunand De gauche à droite, Florence Beneteau, Mme Wachtel, Genevieve & Jean Beneteau, 1983 De gauche à droite,  Genevieve & Jean Beneteau, Mme Wachtel 1973 De gauche à droite, Genevieve Beneteau, Mr. Wachtel, Jean Beneteau 1973 Village de Chevron Château de Chevron