Lalanne Marie

Lalanne Jean-baptiste

Année de nomination : 1998      Dossier n° 7982 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marie Lalanne
Date de naissance :
Profession : Fermier, mère de 1 enfant
Particularité : Information non disponible

M. Jean-baptiste Lalanne
Date de naissance :
Profession : Fermier
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Vielle-Tursan
Département : Landes
Région : Aquitaine
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Information non disponible

Lieu de mémoire

Aucun

L'histoire

Jean-Baptiste Lalanne était le fils adoptif d'Omer et Olympe Brethoux. Pendant l'Occupation, il vivait avec sa femme Marie et leur fils Pierre, né en 1936, dans la ferme de ses vieux parents à Vielle Tursan (Landes). Vers la fin de 1941, Abraham Garbaez contacta les Lalanne pour les prier de donner asile à son fils Georges, âgé de treize ans. Les Garbaez, qui vivaient avant la guerre à Saint-Quentin (Aisne) s'étaient enfuis en juin 1940 et s’étaient installés à Saint Loubouer. Environ un an et demi plus tard, devant la montée des périls, ils décidèrent de mettre leurs quatre enfants en sûreté dans des fermes où, pour couvrir leurs frais d'entretien, ils participeraient aux travaux des champs. C'est ainsi que Georges arriva chez les Brethoux. Olympe Brethoux lui confectionna une chemise dans un vieux drap, le cordonnier du village lui fabriqua des sabots, et les Lalanne lui montrèrent comment faire paître les moutons. Bientôt le jeune réfugié se sentit à l'aise à la ferme, où tout le monde le traitait avec bonté et où il mangeait à sa faim. Le 23 février 1943, Abraham Garbaez fut arrêté par des gendarmes français dans l'usine de charbon où il avait trouvé du travail. Déporté, il ne revint pas des camps de la mort. Lorsque Georges apprit l'arrestation de son père, il alla chercher son petit frère Maurice, neuf ans, resté auprès de sa mère, et l’amena à la ferme. Avec l'aide de Jean-Baptiste Lalanne, il persuada le propriétaire de la ferme voisine d'accueillir l'enfant. Les deux frères survécurent à l'Occupation. Après la guerre, Georges garda le contact avec les Lalanne et tout particulièrement leur fils Pierre, qui était devenu son ami.

Le 26 mars 1998, Yad Vashem a décerné à Jean-Baptiste et à Marie Lalanne le titre de Juste parmi les Nations.