Martin Marius

Année de nomination : 1998      Dossier n° 8325 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Marius Martin
Date de naissance : 23/08/1909
Profession : Entrepreneur vitrerie miroiterie
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Chambéry
Département : Savoie
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Information non disponible

Lieu de mémoire

Aucun

L'histoire

Marius Martin avait une entreprise de vitrerie à Chambéry (Savoie). Mobilisé en 1939, il fut affecté à l'artillerie avec le grade de caporal. Il sympathisa avec Georges Kroinfeld, sergent-chef dans la même unité. Tous deux furent démobilisés en décembre 1940 et rentrèrent chez eux, reprenant le fil de leur existence. Toutefois M. Kroinfeld, qui était commerçant à Paris, vit son magasin confisqué en 1941 dans le cadre de la législation sur l'aryanisation des biens juifs. Il s'enfuit avec sa femme à Chambéry, zone passée sous controle italien en novembre 1942, et contacta Marius Martin. Ce dernier mit à sa disposition, sans aucune contrepartie, l'un des appartements qu'il possédait dans la ville. Mais en septembre 1943 les Allemands envahirent Chambéry et la Gestapo réquisitionna l'appartement voisin, qui appartenait également à Martin. L'endroit devint le bureau du directeur régional de la Gestapo. Inquiet pour son ami, Marius Martin l'envoya dans sa maison de campagne de Saint-Baldoph, et, malgré les risques, réussit à procurer des faux papiers d'identité au couple. Les gens du village, qui connaissaient bien Marius, savait qu'il cachait des Juifs. Le vitrier allait souvent voir ses protégés, leur apportait du ravitaillement et un réconfort. Peu de temps après, des résistants abattirent le responsable local de la Gestapo. Marius mit en scène un cambriolage fictif de l'appartement, ce qui permit à ses camarades résistants de s'emparer de la liste des Juifs vivant dans la région. Alertés, ces derniers purent ainsi se cacher. Ensuite le vitrier réclama aux Allemands des indemnités pour les dégâts causés par les "cambrioleurs"…

Le 31 décembre 1998, Yad Vashem a décerné à Marius Martin le titre de Juste parmi les Nations.