Dubouloz Marguerite

Dubouloz Lucien

Année de nomination : 1999      Dossier n° 8373 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marguerite Dubouloz
Date de naissance : 1885
Profession : Fabricant de matelas
Particularité : Information non disponible

M. Lucien Dubouloz
Date de naissance : 1878
Profession : Fabricant de matelas
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Yerres
Département : Essonne
Région : Ile-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Information non disponible

Lieu de mémoire

Aucun

L'histoire

A Yerres (Yvelines), Lucien et Marguerite Dubouloz travaillaient dans leur atelier de fabrication de matelas, situé sous le même toit que leur domicile. Peu de temps avant la guerre, ils avaient fait la connaissance d’une famille juive, les Lancner, un jeune couple et ses deux fillettes, originaires de Pologne et venus se réfugier à Paris. En mai 1941, les Dubouloz apprirent que M. Lancner avait été arrêté et interné au camp de Beaune-la-Rolande. Il devait par la suite être assassiné en déportation. Le 15 juillet 1942 au soir, un voisin agent de police avertit Mme Lancner qu’elle et ses filles devaient se cacher pour échapper à la grande rafle des Juifs le lendemain. Quelques heures plus tard, Marguerite Dubouloz se présenta spontanément chez Mme Lancner. Elle proposa avec insistance, au mépris du danger et malgré son âge, 57 ans, et celui de son mari de dix ans son aîné, de recueillir la petite Huguette, 9 ans. Pendant deux ans, le couple Dubouloz pourvut à tous les besoins de la fillette avec une sollicitude exemplaire. "Ces personnes que je considère comme ma propre famille", a écrit Huguette, "m’ont protégée et élevée avec une grande affection et une très grande vigilance depuis juillet 1942 jusqu'à la Libération. Je me sens très coupable de ne faire [ce témoignage] qu’aujourd’hui. Le risque était d’autant plus grand pour [eux] que leur plus proche voisin recevait chez lui des militaires allemands. J’ai bien entendu fréquenté et aimé les Dubouloz jusqu'à leurs derniers jours, avec d’autant plus de reconnaissance et de gratitude que ma mère ne les avait nullement sollicités."

Le 20 octobre 1999, Yad Vashem a décerné à Lucien et Marguerite Dubouloz le titre de Juste parmi les Nations.