Coche Marthe

Coche Paul

Année de nomination : 2003      Dossier n° 9992 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marthe Coche
Date de naissance :
Profession : Directeur propriétaire du Préventorium
Particularité : Information non disponible

M. Paul Coche
Date de naissance :
Profession : Directeur propriétaire du Préventorium
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Blandainville
Département : Eure-et-Loir
Région : Centre
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Edna Peyrat

Lieu de mémoire

Aucun

L'histoire

Marthe et Paul Coche dirigeaient le préventorium « La Santé de l’Enfance » situé au château de Beaurouvre, à Blandainville (Eure-et-Loir). Industriel et ancien prisonnier de la Guerre de 1914-1918, il défendait ainsi que sa femme des idées d’égalité sociale qui l’amenèrent à ouvrir  l’établissement. Celui-ci hébergeait une centaine des enfants parisiens qui avaient besoin de grand air et d’une bonne nourriture, envoyés par la Fédération Mutualiste de la Seine, une caisse d’assurance sociale regroupant divers organismes d’entraide. Henri et André Herscovici, 11 et 9 ans, deux frères d’origine juive, y avaient été envoyés pour y passer les grandes vacances de l’année 1942, laissant derrière eux leur mère et leurs deux petites sœurs seules à Paris. Leur père avait déjà plongé dans la clandestinité. Après quelques semaines, les garçons reçurent une lettre de leur voisine leur annonçant l’arrestation de leurs proches et les avertissant de ne pas rentrer chez eux. Ils ne revirent jamais ni leur mère ni leurs sœurs qui furent déportées et mises à mort à Auschwitz. Les Coche décidèrent alors de garder les deux garçons et les hébergèrent jusqu’à la Libération. Avec eux étaient aussi cachés une quinzaine d’autres enfants juifs ainsi qu’une suveillante de même origine, Lilly Kaminski. Paulette Coche, 20 ans, leur fille, s’occupait du secrétariat de l’établissement et se souvient que ses parents cachaient en  plus des réfractaires du STO. Ils avaient aussi adopté un petit orphelin espagnol abandonné au cours de la Guerre d’Espagne. Les enfants du préventorium ne manquaient pas de nourriture, fournie par l’exploitation agricole du château et les fermes avoisinantes, le tout complété par des tickets d’alimentation attribués par la Préfecture de Chartres. Les petits juifs ne subirent aucune discrimination et furent traités comme les autres pensionnaires, grâce à la générosité et l’humanisme de leurs directeurs qui leur sauvèrent la vie.           

Le 5 mai 2003, Yad Vashem a décerné à Marthe et Paul Coche le titre de Juste des Nations.